Villes intelligentes

Villes intelligentes : les enjeux d’aujourd’hui pour les villes de demain

À la suite de mon voyage en Europe dans le cadre de la Mission : Villes intelligentes, un évènement organisé par Les Affaires, et dont ACCEO était partenaire, j’aimerais partager avec vous ce que j’ai appris sur les pratiques de gestion de villes pionnières en matière d’innovation.

La libération et l’accessibilité de l’information dans les villes intelligentes

Les villes, qui font déjà partie du cercle encore restreint des villes intelligentes, s’accordent à penser que le premier pas vers la transition est l’abandon de l’organisation en silos. L’ensemble de l’information pour une municipalité doit pouvoir circuler de façon fluide et systématique entre les différents services qui la composent.

Pour permettre l’existence d’un flux d’information entre les différents services, les technologies de l’information (TI) représentent l’allier indispensable. C’est donc tout naturellement que les élus des villes intelligentes utilisent comme outil de prédilection les tableaux de bord pour prendre des décisions éclairées. Ces tableaux de bord ont la capacité d’extraire l’information au sein des logiciels utilisés par les différents services d’une ville. Les villes intelligentes (ou smart cities) croient en une vision globale de l’information, qui doit être partagée avec chaque partie prenante d’une municipalité.

Stimuler le développement : données ouvertes et code source libre

Barcelone va plus loin dans le concept de vision globale de l’information et rend disponible ses données sur le web, c’est le concept de données ouvertes, ou Open Data. Et puisque la capitale catalane offre l’accès au WiFi partout dans la ville, l’information est disponible en tout temps, en tout lieu, pour tous les citoyens. Cette pratique, qui se démocratise au sein des villes intelligentes, favorise la création d’entreprises et stimule l’innovation. Le Québec n’est pas en reste puisque la ville de Montréal, dans son plan d’action 2015-2017 « Montréal, ville intelligente et numérique », fait également état d’un projet de soutien au développement d’entreprises et à l’innovation.

Cependant, le concept de données ouvertes ne se limite pas à donner la possibilité aux citoyens, aux entreprises et aux institutions de consulter les données en ligne. Il s’agit de mettre les données à la disposition de tous afin que chacun puisse en faire l’utilisation qu’il souhaite. Ainsi, des données collectées par une municipalité peuvent, par exemple, être utilisées par une entreprise du secteur privé pour développer une application destinée à améliorer les services au citoyen.

Ici encore, Barcelone est en tête de course avec des systèmes innovants tels que Sentilo ou City Os. Ces systèmes collectent, analysent, et retransmettent l’information, et font également des liens entre des événements. Ces nouveaux outils puissants permettent de faire des prévisions sur le fonctionnement d’une ville et donc sur les incidents qui pourraient s’y produire. Ces prédictions peuvent ensuite être acheminées aux émetteurs de l’information, par exemple la municipalité, pour que des actions préventives soient mises en place. Cette démarche s’inscrit dans la volonté d’offrir des services plus nombreux et plus efficients aux citoyens. Et puisque le changement commence par soi-même, Sentilo est entièrement composé de code source libre (Open source). Ce qui signifie que n’importe quelle ville peut accéder au code source du logiciel afin de l’adapter à ses propres besoins et à ses propres infrastructures.

Une ouverture sur laquelle beaucoup se questionnent

Beaucoup de municipalités se questionnent quant à la mise à la disposition publique de leurs données. Les inquiétudes s’articulent autour de deux concepts fondamentaux que sont la protection des renseignements personnels en ligne et la sécurité publique. Des lois visent à protéger ces valeurs, et dans le cas du Québec, il existe la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

En termes de sécurité, la ville de Lyon, en France, a misé sur trois formes différentes de diffusion de ses données en fonction de la nature de ces dernières.

  • La diffusion sans contrôle de l’utilisation des données publiques, concept de données ouvertes (open data);
  • La diffusion avec authentification de l’utilisateur et contrôle de l’utilisation;
  • La diffusion avec authentification de l’utilisateur, contrôle de l’utilisation et paiement de redevances.
Pour plus de détails, je vous invite à consulter le site économique du Grand Lyon.

En conclusion, l’accès à l’information est au coeur de la transition des villes actuelles vers le statut de villes intelligentes. Dans un prochain article, je vous parlerai de la place des capteurs sans fil, de consommation énergétique et de stratégie d’urbanisme, qui sont des enjeux clés pour l’avenir des villes intelligentes.

3171
0

À propos de l’auteur

Doryne Bourque

Doryne Bourque

Vice-présidente exécutive, Solutions municipales

Suivez-moi sur

Depuis 2008, Doryne Bourque est vice-présidente des Solutions municipales chez ACCEO. Avant son arrivée au sein de l’entreprise, Doryne a occupé des postes stratégiques au sein de Bell Canada et Desjardins.

En plus d’être reconnue pour son leadership énergique, Doryne est également socialement impliquée. En 2012, elle procède à l’ascension du mont Kilimandjaro en Tanzanie pour la Fondation du Dr Julien. La même année, Doryne fait partie des «8 incontournables de l’économie municipale» du magazine Premières en affaires. En 2013, elle est finaliste lors du Gala Prix Femmes d’affaires du Québec et en 2014 elle fait partie du jury lors de l’évènement.

Consultez son profil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − = 1

blog